je retape une mini : tout savoir sur ma mini classique, Austin, Cooper, Rover

11
janvier
2014
méca vs électro

La bobine fabrique l'étincelle nécessaire au déclenchement de l'explosion du mélange air/carburant dans le haut-moteur. Le distributeur, comme son nom l'indique, est chargé de distribuer cette étincelle aux bougies.

Schématiquement, l'axe central du distributeur est entrainé par le moteur : il tourne à l'intérieur du corps de ce dernier.

En haut ce trouve le rupteur (20) qui périodiquement coupe le courant de la bobine d'induction ce qui déclenche une forte tension dans la bobine secondaire qui provoque la création de l'étincelle en bout de chaine.

Le rupteur est activé mécaniquement 4 fois par cycle afin de produire 4 étincelles. C'est la tête du distributeur qui va alimenter une par une les bougies grâce au doigt d'allumeur (3), solidaire de l'axe du distributeur (7), qui va transmettre la haute tension à chacun des 4 câbles reliés aux bougies.

Ce type d'allumage est mécanique : ce sont des pièces en mouvement qui font contact les unes avec les autres qui transmettent la haute tension nécessaire à la création de l'étincelle dans les bougies.

Problème : les frottements induits usent les différentes parties mécaniques en contact, du coup, ça ce dérègle à cause de l'encrassement, de l'usure voir de la casse d'une pièce...

La encore, c'est la technologie qui va venir au secours de notre vieille voiture.

L'idée, c'est de passer d'un système mécanique à un système électronique. Pourquoi ? Pour supprimer les problèmes liés à l'usure, obtenir une meilleure qualité d'allumage ce qui devrait théoriquement améliorer la combustion du mélange explosif...

Mais comment fait-on ?

On remplace le rupteur par des composants électroniques chargés de faire la même chose : lire le cycle et déclencher la production de la haute tension dans la bobine.

C'est Monsieur Erdwin Herbert Hall qui va nous aider grâce à une découverte datant de 1879 : un courant électrique qui traverse un matériau baignant dans un champ magnétique engendre une tension perpendiculaire à celui-ci.

Ce phénomène est appelé "effet Hall" et depuis quelques temps, on est capable de mesurer ce subtile changement dans le champ magnétique à l'aide de capteurs.

Le principe adapté au distributeur est le suivant : on place un aimant sur l'axe de l'allumeur. Ce dernier va induire un champ magnétique. Le capteur a effet hall va détecter les variations de ce champ et va se comporter comme un interrupteur qui déclenchera la transmission de la haute tension vers la tête d'allumeur.

Bon à savoir....

Un allumeur Lucas 59D4 reconditionné mais à vis platinés coûte plus de 200 €.
Un kit électronique Pertronix pour le 59D4 coûte environ 170 €.
Moi, j'ai acheté le mien sur ebay uk pour la modique somme de 41,50 €, frais de ports compris, c'est un kit pour Lucas 48D / 59D de marque "AccuSpark" (au passage, on le trouve aussi en france, sur un site dédié mais à 53 € frais de ports compris...).

Dès que je l'ai reçu, direction chez Alex pour le montage...et les photos souvenirs.
  • detail-allumage
  • Allumage-MR73
  • rupteur_lucas
  • accuspark59DKit
  • 25D7
Retrouvez tous les articles dans The garage

 

 

 

 

 

 

Besoin d'impression 3D a proximité de Troyes dans l'Aube ?
Pensez à io3 ! https://io3.fr

 

 

 

 

 

 

Copyright 2024 par David Thomas